Gale

<

>

La gale et ses traitements

Gale entre les doigts
Gale entre les doigts

La gale est une maladie contagieuse extrêmement répandue à travers le monde. Les dermatologues sont chaque année confrontés à de plus en plus de cas avec même parfois de véritables épidémies dans les maisons de retraite, les services hospitaliers ou les établissements scolaires. Il existe essentiellement deux formes de gale chez l’homme, la forme simple et la forme profuse ou gale crouteuse.

 

Chez l’homme c’est sarcoptes scabiei qui est responsable de la maladie. La femelle est fécondée sur la peau du patient. Après cette fécondation, elle s’enfonce dans la couche la plus superficielle de la peau (épiderme) et va se déplacer chaque jour de 1 à 2 mm en creusant un sillon. Durant son trajet elle va pondre un à deux œufs par jour et ce durant 4 à 6 semaines. Les œufs éclosent en trois ou quatre jours libérant une larve qui rejoint la surface pour évoluer vers sa forme adulte en une quinzaine de jours environ. Seulement 1 % des œufs donneront des adultes.

 

Dans les conditions standard d’une pièce (21 degrés et 40 à 80 % d’humidité) le parasite ne peut pas survivre plus de 36 heures en dehors de la peau humaine. Les températures plus basses favorisent en revanche sa survie.

Signes cliniques de la gale

La maladie se présente classiquement sous forme d’une triade de symptômes : démangeaisons, vésicules et sillons. Les démangeaisons (ou prurit) peuvent être intenses et augmentent le soir et la nuit. Elles sont liées à des réactions allergiques vis à vis des déjections du parasite sous la peau. Les démangeaisons sont marquées au niveau des doigts, des mamelons, des organes génitaux et des fesses. Les sillons et les vésicules quant à eux peuvent se retrouver sur tout le corps mais sont plus fréquemment retrouvés entre les doigts, les poignets ou les plis.

 

Le diagnostic de la gale est avant tout clinique. Le dermatologue, pour s’aider, utilise un dermatoscope optique et numérique qui lui permet de visualiser par transparence le parasite sous la peau. Lorsque l’on trouve un parasite en dermoscopie le diagnostic est alors posé avec certitude. En cas de doute, on peut faire appel à un biologiste afin de gratter l’intérieur d’un sillon et vérifier au microscope la présence du parasite.

Gale : dermatoscopie du parasite à l’extrémité d’un sillon
Gale : dermatoscopie du parasite à l’extrémité d’un sillon

Gale : image dermatoscopique du parasite à l’extrémité d’un sillon

Les traitements de la gale

Le traitement local repose sur l’application sur le corps d’un produit toxique pour le parasite. Diverses molécules sont disponibles en France parmi lesquelles l’Ascabiol ou le Sprégal. Selon votre âge, votre poids, une éventuelle grossesse ou la composition de votre famille, le docteur Cyril Roux vous prescrira tel ou tel traitement. Il existe également un traitement par voie générale (Stromectol) mais qui présente des contre-indications et des effets secondaires qui ne le rendent pas utilisable chez tous les patients. Quelque soit le choix du traitement, aucun n’a d’efficacité absolue et peut donc être pris en défaut.

 

La prise en charge simultanée des sujets en contact avec le patient et de l’environnement même du patient sont indispensables à la réussite du traitement et à la prévention des récidives. Le docteur Roux vous remettra une notice explicative pour prendre en charge de façon minutieuse et systématique la literie et le linge de corps utilisés par le patient. Le parasite est détruit par des températures au dessus de 55 degrés. Tout le linge devra être lavé à 60 degrés et les textiles ne pouvant supporter ces températures (ou ne pouvant être mis en machine : tapis, siège auto etc.) devront être traités par un produit acaricide (qui tue les parasites) suivi d’une période de non-utilisation de 72 heures.

 

Si vous suspectez un cas de gale, merci de le signaler à la secrétaire du docteur Roux lors de votre appel afin qu’elle vous propose un rendez-vous dans les meilleurs délais.

Pour en savoir plus :

Téléchargements