Dermatite

<

>

La dermite séborrhéique et ses traitements

Avec près de 3% de la population souffrant de cette maladie, la dermite séborrhéique est une affection fréquente avec un retentissement social important. Le nombre de cas évolue au cours de la vie avec un pic de fréquence autour de 40 ans. Les hommes sont plus souvent atteints. Certaines maladies aggravent la dermatite séborrhéique comme les immunodépressions, les troubles de l’humeur et en particulier les dépressions, ou encore la maladie de Parkinson.

 

Le mécanisme pathogène de la dermite séborrhéique n’est pas complètement élucidé. Il est probablement multifactoriel, impliquant la production de sébum par le patient (séborrhée), le rôle d’un champignon de la famille des Malassezia et la susceptibilité individuelle de certains patients.

La dermite séborrhéique chez l'adulte

Chez l’adulte, la dermite séborrhéique se manifeste par des lésions au niveau du visage, du cuir chevelu et du torse. Sur la face, il s’agit de lésions rouges recouvertes de squames grasses et blanchâtres. Les lésions siègent électivement dans la partie médiane du visage (sourcil et zone inter sourcilière, sillons nasogéniens) avec une distribution symétrique. Les lésions évoluent par poussées successives et peuvent être déclenchées par le stress, les contrariétés, un effort ou un topique irritant.

 

La dermite séborrhéique peut également toucher le cuir chevelu. La encore on retrouve des squames fines ou pellicules, avec une rougeur du cuir chevelu sous-jacent plus ou moins marquée. Les démangeaisons induites sont un motif fréquent de consultation. L’atteinte du torse se présente sous forme de lésions médianes préthoraciques.

Les traitements de la dermite séborrhéique

La dermite séborrhéique est une affection bénigne mais sa chronicité et son caractère récidivant constituent une gêne importante pour les patients. Les traitements à notre disposition visent à améliorer les symptômes de la maladie lors des poussées et à prévenir les récidives. Il existe trois molécules principales ayant l’autorisation de mise sur le marché (AMM). Il s’agit du kétoconazole, du ciclopiroxolamine et du lithium. Le champignon en grande partie responsable (Malassezia) est en effet très sensible à ces trois molécules

 

Les corticoïdes en crème ne sont pas conseillés pour le traitement de la dermatite séborrhéique en raison du risque très élevé de récidive à l’arrêt du traitement d’une part et au risque de complications induites par une corticothérapie au long cours sur le visage (acné, rosacée, atrophie cutanée et risque de passage systémique).

 

Dans les formes sévères du visage ou les formes profuses de la maladie, votre dermatologue pourra être amené à vous prescrire des traitements antifongiques (contre les champignons) par voie générale pendant une période de 1 à 2 mois.

 

A côté des différents médicaments proposés, l’éducation et le soutien du patient dans cette dermatose chronique affichante est importante du fait du fort retentissement sur la qualité de vie.