<

>

Semaine de dépistage gratuit des cancers de la peau

Le mélanome est en constante augmentation dans les pays industrialisés avec en France environ 12000 nouveaux cas par an. Ces chiffres le placent en 9e position des cancers les plus fréquents chez l’homme et en 6e position chez la femme. Le taux ne mortalité reste important malgré les dernières innovations thérapeutiques avec l’avènement des thérapies ciblées puisque près de 1700 décès sont enregistrés en France chaque année (hors autres tumeurs épithéliales malignes). Le mélanome tue encore 5 personnes par jour en France en 2017.

Comme chaque année le Syndicat National des Dermatologues organise une journée de prévention et de dépistage gratuits des cancers de la peau en vue de sensibiliser le public à ce cancer dont la prévention reste le meilleur moyen pour faire baisser la mortalité. Cette année c’est une semaine de dépistage qui est organisée, qui est gratuite et anonyme, du 15 au 19 Mai prochain. Le succès est dores et déjà au rendez-vous puisque quelques 6000 rendez-vous ont été donnés au niveau national. A limoges, les rendez-vous ont tous été attribués et il n’est malheureusement plus possible de prendre rendez-vous dans le cadre de cette campagne de sensibilisation.

Il est néanmoins primordial de vous faire dépister régulièrement et ce d’autant que vous avez des antécédents personnels ou familiaux de mélanomes dans votre famille, que vous avez la peau claire et les yeux bleus, que vous avez vécus dans des pays très ensoleillés, que vous vous exposez beaucoup au soleil ou que vous ayez pris de nombreux coups de soleil dans votre enfance. Ces consultations sont prises en charge par l’assurance maladie et vous pouvez prendre rendez-vous directement chez votre dermatologue pour un dépistage sans passer par votre médecin traitant. Alors avant de montrer vos grains de beauté au soleil, montrez les d’abord à votre dermatologue.

Le mélanome est le cancer cutané le plus connu du grand publique, car le plus grave, mais ce n’est pas le plus fréquent. En effet les carcinomes sont nettement plus fréquents et sont, en grande partie, dus aux expositions solaires tout au long de la vie. La encore votre dermatologue identifiera  aisément ces lésions lors de votre consultation et vous proposera une prise en charge thérapeutique adpatée.

La peau dispose naturellement de moyens pour lutter contre les dommages cutanés induits par les UVA et les UVB, néanmoins ces moyens sont insuffisants lorsque la peau est surexposée ou fragilisée. L’utilisation de protecteurs externes est alors indispensable et des mesures de photoprotection doivent être prise en fonction de l’âge et du type de peau des patients. La protection vestimentaire reste le meilleur écran contre la pénétration des radiations néfastes à travers notre peau. Tous les vêtements ne sont pas égaux et de grandes disparités en terme de protection sont constatées en fonction de la nature du vêtement (polyester, coton, soie etc …), de sa couleur ou de son degré d’humidité.

Les crèmes solaires occupent une place majeure dans la photoprotection des patients. Elles protègent contre les UVB (rayonnements responsables des coups de soleil et des cancers de la peau) mais aussi contre les UVA (responsables du vieillissement cutané et des effets à long terme). L’indice de protection des crèmes (Skin Protector Factor SPF) mesure la différence de temps nécessaire à une personne pour prendre un coup de soleil avec et sans crème. Par exemple un patient prenant un coup de soleil en 2 minutes, prendra le même coup de soleil en 20 fois 2 minutes avec une crème d’indice SPF 20. La nature du filtre chimique utilisé, sa photostabilité (c’est à dire sa capacité à maintenir son efficacité contre les UV) et sa rémanence sont des éléments importants dans le choix de votre crème solaire. Demandez conseils à votre pharmacien ou à votre dermatologue lors de votre consultation car tous les produits ne se valent pas.

Les crèmes solaires ne sont pas destinées aux enfants en bas âge ni aux bébés qui ne doivent pas être exposés aux UV. Leur application régulière diminue les rougeurs (érythèmes) et la sensation de chaleur, il ne faut donc pas s’exposer plus longtemps au soleil en pensant que l’on est totalement protégé des UV.

Alors pour passer de bonnes vacances et préserver au maximum votre peau des dommages liés à l’exposition aux UV, voici quelques règles de base qui s’imposent à tous :

  • Pas d’exposition entre 12 heures et 16 heures en France métropolitaine ;
  • Jamais d’exposition pour les enfants de moins de 3 ans ;
  • Porter un chapeau et des lunettes de soleil aux verres adaptés ;
  • Choisir un indice de protection adapté, en fonction de son type de peau, de l’ensoleillement et des conditions d’exposition ;
  • Appliquer le produit solaire avant toute exposition. L'application doit être uniforme sur toutes les parties du corps et en quantité suffisante (2 grammes par cm2) ;
  • Renouveler l'application toutes les deux heures et après chaque baignade, après s'être essuyé avec une serviette ou en cas de transpiration abondante ;
  • Boire abondamment et souvent ;
  • Se méfier de la météo, en particulier de la couverture nuageuse : une nébulosité légère ou peu épaisse atténue la chaleur, mais ne bloque pas le rayonnement UV ;
  • Enfin, adapter son choix de produit solaire à l’exposition : par exemple, plus on monte en altitude, plus les rayons sont intenses (+ 4% tous les 300 mètres).

Pour plus d’informations, consultez les sites suivants :
www.afssaps.fr
www.amelie.fr
www.e-cancer.fr